Le projet

« FoLo » : les Formes de la Loyauté politique

 

Résumé

Le but de ce groupe de projet est de comprendre comment la loyauté et la fidélité politiques se construisent et se maintiennent sur la durée dans différents types de configurations socio-politiques (dans les organisations « volontaires » et dans les groupes de type « communautaire »).

Pour ce faire, il souhaite constituer un espace de débat et d’échange entre les trois grandes approches explicatives existantes (par les croyances, par les intérêts, par les institutions) qui sont aujourd’hui le plus souvent travaillées séparément. Il s’agit d’un groupe à vocation doublement transversale, puisqu’il vise à combiner ces approches théoriques mais souhaite aussi rassembler des membres issus des quatre sous-disciplines instituées de la science politique.

Pour faciliter les discussions, il propose une base théorique de départ (les travaux de Max Weber sur la légitimité, les groupes et les motivations de l’action sociale), qu’il s’agira de réévaluer collectivement à partir de la discussion de travaux empiriques variés récents, centrés sur les moments où la loyauté est mise à l’épreuve.

 

Argumentaire scientifique

 

1. Présentation et questionnement

Dans une tribune parue le 7 mars 2017, l’ambassadeur de France au Japon, Thierry Dana, annonçait qu’il « refuserai[t] de servir la diplomatie du Front National » si Marine Le Pen venait à être élue présidente le 7 mai 2017. Il invoquait comme motif l’impossibilité pour lui de servir en tant que fonctionnaire un tel gouvernement : « Je ne pourrais pas défendre loyalement vos positions, qui sont contraires à tous les principes portés par la France[1]. » Quelques jours plus tard, la « Haute Autorité des primaires citoyennes » condamnait Manuel Valls qui, en ne parrainant pas Benoît Hamon, « contrevient gravement au principe de loyauté et à l’esprit même des primaires[2] ». Pendant ce temps, les membres du pari Les Républicains (et de l’UDI) se déchiraient sur la question de savoir s’il fallait rester fidèle au candidat Fillon mis en examen, tandis que nous, citoyens électeurs aux allégeances politiques diverses, étions confrontés à la question (surmédiatisée) de savoir s’il fallait « voter utile » ou rester fidèles à ses convictions (au premier tour comme au second).

On pourrait multiplier ces exemples récents qui viennent illustrer un problème classique, mais protéiforme, de la science politique : celui de la loyauté politique. Pour donner une définition provisoire (qui a vocation à être interrogée et travaillée par ce groupe de projet), on pourrait dire que la loyauté renvoie à l’idée d’attachement et de fidélité durables (y compris dans l’épreuve), que ce soit à des idées, à des personnes, à des groupes ou à des institutions.

Dans cette perspective, une idée aujourd’hui répandue consiste à dire que nous serions en train d’assister à la dissolution des loyautés. De la fin des idéologies (Bell 1968) à la volatilité électorale et au vote stratégique (Cautrès & Mayer 2004, Blais 2004), du déclin des partis de militants à la remise en cause des partis de gouvernement (Katz & Mair 1995, Gougou & Tiberj 2017), de la « crise » des démocraties représentatives, imposant l’ « impératif participatif » et ses ambiguïtés (Blondiaux 2001, 2008, Blondiaux & Lévêque 1999, Blondiaux & Sintomer 2002, Aldrin & Hubé 2016) à la redéfinition des citoyennetés sous diverses formes (Mariot 2010, Mazouz 2017, Tiberj 2017), les loyautés politiques traditionnelles seraient aujourd’hui mises à mal.

Mais assiste-t-on vraiment à la fin des loyautés, ou simplement à leur redéfinition et à leur transformation ? Certes, les partis de masse ont décliné, mais l’engagement associatif n’a jamais été aussi fort (Hély 2009) ou inventif (Sintomer & Bacqué 2011, Nez 2015), les « utopies partisanes » persistent (Fretel 2015) et de nouvelles formes d’engagement politique plus souples apparaissent, des e-militants aux followers des réseaux sociaux. Certes, les comportements électoraux peuvent être stratégiques et volatiles, mais ils restent tributaires des groupes primaires d’appartenance, comme l’ont montré les analyses contextuelles du vote (Braconnier & Dormagen 2007, Mariot 2010, Buton & al. 2016) et d’une sorte de « loyalisme inconscient » (Hirschman 1970). Certes, la mondialisation et les alliances régionales comme l’intégration européenne entraînent des remises en cause des « Etats-nations », mais elles entraînent aussi la construction de nouvelles loyautés « post-nationales » (Bartolini 2005, Gravier 2013), tout en réactivant paradoxalement les nationalismes et les souverainismes (Lieven 2005, Fligstein 2008, Lindemann 2010, Laïdi 2011) et, peut-être, les populismes à revendication « charismatique » (Monod 2012, Bernadou & al. 2014).

Bref, la construction des différentes formes de la loyauté politique reste une question centrale, vaste et ouverte. L’objectif premier de ce  groupe de projet est donc de faire le point collectivement et transversalement, sur les différentes manières de la penser et de l’étudier, en tenant compte des apports des différents courants de recherche qui se sont intéressés à ces questions.

 

Loyauté et fidélité politique : des sujets classiques mais des recherches éclatées

Des trois termes du fameux triptyque d’Albert Hirschman – Exit, Voice, Loyalty (Hirschman 1970) – la loyauté paraît aujourd’hui encore le moins facile à cerner[3]. Si la « défection » et la « prise de parole » sont des terrains bien balisés en science politique, et dans les sciences sociales en général, la production de la « loyauté » sous toutes ses formes (adhésion, soutien, engagement, consensus, assentiment, obéissance, soumission…) reste un phénomène moins systématiquement étudié que le refus et la protestation (Lehingue 2010).

Les travaux sur ces questions ont par ailleurs été menés dans une large mesure en ordre dispersé. Portant sur des objets de recherche extrêmement divers, exprimant souvent des choix épistémologiques concurrents, ces études ont dessiné jusqu’ici trois grandes lignes d’explication de la loyauté, traçant des sillons de recherche divergents qui s’ignorent encore trop souvent les uns les autres[4].

Ainsi, la loyauté et la fidélité politique sont parfois pensées comme l’expression de convictions personnelles : l’appartenance à une organisation, l’adhésion à un mouvement ou à un courant d’idées sont dans ce cas expliquées d’abord par des « croyances » personnelles, par l’adhésion à des valeurs. Cette ligne de justification correspond en grande partie à l’idée de « rationalité en valeur » (Wertrationalität) que Max Weber avançait déjà comme l’une des motivations de l’action sociale (Weber 1922), tout comme aux différents idéalismes des sciences humaines et sociales (Laroche 2010).

Un deuxième courant explique plutôt la loyauté comme le résultat d’un calcul de type utilitariste, exprimant une transaction intéressée : dans cette perspective, la loyauté est octroyée stratégiquement en fonction d’un bilan coût/avantages qui conduit l’individu à faire un choix orienté par son intérêt personnel (qu’il en attende des bénéfices matériels ou symboliques). C’est la « rationalité instrumentale » ou « en finalité » de Weber (Zweckrationalität), qui trouve un écho dans les différentes formes de « clientélisme » vis-à-vis des hommes ou des politiques publiques (Briquet & Sawicki 1998, Mattina 2016), ou encore dans la théorie des « rétributions du militantisme » (Gaxie 1977, 2005), mais aussi dans les différentes théories du contrat social en philosophie politique (Saada 2010) ou dans les théories réalistes des relations internationales (Battistella 2009, Holeindre 2014).

Une troisième piste explicative décrit enfin la loyauté avant tout comme une obligation[5], une contrainte sociale qui contrairement aux deux premiers cas s’impose aux individus plutôt qu’elle ne découle de leur libre arbitre : la loyauté est alors déterminée par des conditions structurelles et des institutions, plus ou moins objectivées, qui dépassent et obligent les acteurs. La loyauté est ici un « fait social » au sens de Durkheim ou, pour reprendre la typologie wébérienne, l’effet quasi mécanique de la tradition et des affects. On pourrait dire aussi que la loyauté est le résultat des différentes socialisations de l’individu (et donc de ses habitus), et l’effet émergent des logiques de situation dans lesquelles il est pris, depuis les interactions symboliques du constructivisme jusqu’aux logiques structurales de la sociologie des champs (Durkheim 1953 (1892), Billig 1995, Duchesne 1997, Wendt 1999, Bourdieu 2012, Duchesne et al. 2013).

Convictions, transactions, obligations (ou leurs équivalents : idées, intérêts, institutions). Ces trois types de motifs ont pu ainsi être invoqués tour à tour par des courants très divers pour expliquer la loyauté et sa légitimité aux yeux de ceux qui s’y conforment.  Mais ils l’ont plus rarement été ensemble. Le pari de ce groupe de projet est que ces trois types d’explications peuvent – et doivent – être associées pour parvenir à une typologie générale des formes de la loyauté politique, en fonction des différentes combinaisons possibles de ces trois types de raisons.

 

En se centrant sur une question aussi vaste et complexe que celle de la loyauté politique, notre groupe vise donc prioritairement et explicitement à construire un espace d’échange transversal entre les différentes sous-disciplines et les différentes approches de la science politique, mais aussi à favoriser les liens interdisciplinaires avec d’autres sciences sociales.

 

Un « fil rouge » théorique : ré-évaluer les travaux de Max Weber sur la loyauté et la légitimité, un siècle après

Dans cette perspective, les axes de travail du groupe proposés ci-dessous n’ont pas vocation à constituer des groupes cloisonnés, mais bien des angles d’approche différents du même problème : comment la loyauté (à des groupes, à des personnes, à des idées ou à des institutions) est-elle produite et légitimée ? Nous proposons d’y réfléchir en prenant comme point de départ commun la référence critique aux travaux de Max Weber. Cette référence à Weber n’a vocation à être ni exclusive, ni de complaisance. Elle se fonde sur deux raisons précises.

La première tient au constat de l’apport et de l’influence effective (directe ou indirecte) de Weber sur la très grande majorité des recherches menées depuis un siècle sur ces questions. Les travaux de Weber sur les types de groupements sociaux, sur les types de légitimité et de domination et sur les motivations de l’action sociale ont servi depuis un siècle de cadre de référence majeur à tous les politistes et sociologues qui ont tenté de penser (avec ou contre lui) la question de la loyauté et de l’obéissance. Ils nous semblent donc devoir être remis résolument au cœur de la réflexion, y compris pour les contester ou les dépasser. Des travaux récents (Colliot-Thélène 2001, 2006, Sintomer 2015), dont ceux que les initiateurs du groupe ont mené au sein de l’« Atelier légitimation[6] », par exemple sur la notion de « charisme » chez Max Weber (Bernadou & al. 2014) nous ont convaincus de l’utilité qu’il pouvait y avoir à (re)lire aujourd’hui Weber pour rouvrir collectivement des questionnements transversaux et affiner éventuellement ces catégories et typologies classiques. L’entrée par ces questionnements transversaux, tout en posant un cadre commun, permettra de mettre en perspective et de comparer des objets généralement singularisés dans la littérature, comme les partis (Offerlé 1987, Sawicki 1997, Lefebvre & Roger 2009), les groupes d’intérêt (Offerlé 1994, Grossman & Saurugger 2006), les groupes terroristes (Goodwin 2004, Della Porta 2013) ou encore les organisations internationales (Novak 2013).

Une deuxième raison tient à la mise en place en cours d’une collaboration scientifique internationale avec l’équipe chargée de l’édition complète en langue allemande des œuvres complètes de Max Weber, la Max Weber-Gesamtausgabe (MWG). Des contacts réguliers ont été établis avec l’équipe en charge de la MWG, notamment avec la coordinatrice générale Edith Hanke, ainsi qu’avec le Young Weber Scholar Network, co-dirigé par Edith Hanke, Claudius Härpfer et Victor Strazzeri. Une journée d’étude commune est d’ores et déjà en préparation sur la typologie de la légitimité de Max Weber, qui devrait avoir lieu au printemps 2018 et pourrait être intégrée dans le cadre des activités du groupe de projet de l’AFSP.

 

2. Axes de travail : la loyauté à l’épreuve

En appui de ce questionnement théorique commun à partir de l’œuvre de Weber, notre groupe propose d’adopter un angle de travail empirique précis, centré sur les moments où la loyauté est mise à l’épreuve. Pour Hirschman, cette mise à l’épreuve de l’appartenance à une organisation est d’ailleurs ce qui fonde le loyalisme : « le loyaliste est celui qui hésite à quitter l’organisation à laquelle il appartient, même s’il est en désaccord avec elle » (Hirschman 1970).

Nous faisons l’hypothèse que dans ces moments de « crise de confiance » apparente (sans préjuger pour l’instant de la nature exacte de ces moments), il devient plus facile d’observer et d’analyser les manifestations éventuelles et les « attestations de loyauté », quelles que soient la forme qu’elles prennent (discours d’allégeance plus ou moins suscités, stratégies d’acceptation assumées comme telles, comportements d’obéissance et de consentement affichés…). Qu’est-ce qui fait, par exemple, que 4% des Français déclaraient, malgré tout, soutenir l’action de François Hollande dans les sondages en octobre 2016[7] ? Qui sont les 6,36 % d’électeurs qui ont voté Benoît Hamon, quand même, le 23 avril 2017, et quelles raisons avancent-ils pour cette loyauté affichée (convictions ? stratégie de recomposition de la gauche ? « devoir » partisan ?) ? Comment les fonctionnaires hostiles à Donald Trump mais prêts à mettre en œuvre sa politique (se) justifient-ils leur position ? L’intérêt général et la « loyauté nationale » commandent-ils de militer pour un exit de l’Union européenne (Brexit, Frexit, Grexit…), ou pour le maintien des engagements internationaux et des « loyautés communautaires » ?

Autant d’exemples qui permettent de (re)poser la question de la loyauté, en prenant des terrains d’observation différents et variés. Les cas d’étude qui seront effectivement étudiés en commun seront définis collectivement au début du projet, si le groupe est retenu par l’AFSP (voir calendrier des activités). Mais nous proposons d’ores et déjà deux axes possibles de travail, différenciés selon le type de configuration socio-politique dans laquelle la mise à l’épreuve de la loyauté sera étudiée empiriquement[8] : la loyauté dans les organisations « volontaires » et la loyauté dans les groupes de type « communautaire ». Dans chaque axe, le groupe veillera à animer un débat constructif entre l’approche par les convictions, par les transactions et par les obligations. L’objectif est à chaque fois de faire le bilan des études menées à ce jour et de mettre l’accent sur les pistes les plus récentes de renouvellement.

 

Axe 1 – Les formes de la loyauté dans les organisations « volontaires »

Cet axe de travail sera chargé d’étudier la mise à l’épreuve de la loyauté dans les organisations de type « associatif », au sens de Weber (Weber 1922), qui répondent donc aux caractéristiques de la « sociation » ou « sociétisation » (Vergesellschaftung[9]). Il s’agit de manière générale d’organisations qui doivent faire l’objet d’une adhésion formelle (assortie d’un droit d’entrée plus ou moins coûteux et sélectif) et de la possibilité d’un « exit » (au sens de Hirschman), plus ou moins facile à réaliser. Ces organisations peuvent donc être de nature très diverse et plus ou moins « ouvertes » : du parti politique à l’administration publique, du syndicat ouvrier à l’association de consommateurs, du réseau d’alumni d’une grande école à la secte religieuse ou encore au groupe terroriste. Les questionnements sont ici multiples : comment se produit le consensus dans ces organisations (Haas 1960) ? De quels moyens disposent ces organisations pour s’assurer de la loyauté des membres ? Cette dernière question invite à questionner à la fois les effets de l’institution (Lagroye 2009, Lagroye & Offerlé 2011, Raison du Cleuziou 2016) et les jeux entre les acteurs (Bachelot 2012).

Une place particulière pourra être réservée dans cet axe à l’étude des configurations transnationales et aux formes particulières des loyautés à cette échelle, par exemple la question des loyautés multiples dans les administrations inter- ou supranationales comme l’Union européenne (Gravier 2003, 2013, Larat 2016), ou encore la question des alliances internationales et des retournements d’alliance (Walt 1987, Laroche 2010).

L’hypothèse de cet axe, qu’il s’agira de vérifier par la comparaison de cas de nature différente, est de considérer que ces caractéristiques structurelles (possibilité au moins théorique d’adhésion et d’exit volontaires) produisent des formes particulières de la loyauté et de sa mise à l’épreuve, du fait de la possibilité de défection (au moins théorique) pour les membres de ces organisations.

 

Axe 2 – Les formes de la loyauté dans les groupes « communautaires » et hors des organisations formelles

Le deuxième axe de travail sera chargé d’étudier la loyauté et sa mise à l’épreuve dans les groupes de type « communautaire » qui répondent aux caractéristiques de la « communalisation » ou « communautisation » (Vergemeinschaftung) au sens de Weber. Ces organisations se distinguent par définition des précédentes par le caractère généralement « involontaire » de l’appartenance à ces groupes, définis par leurs fondateurs ou dirigeants à partir de certaines caractéristiques identitaires (nationalité, critères géographiques ou ethniques…). Pour reprendre une distinction faite par Frederik George Bailey (Bailey 1969) et qui rejoint la typologie de Weber, ces groupes communautaires renverraient donc plutôt aux groupes identitaires à appartenance « prescrite » ou « attribuée » (ascribed), alors que les organisations « volontaires » seraient l’équivalent de ce que Bailey nomme les groupes « spécialisés », construits en vue d’une fin spécifique (achieved). Là encore, ces groupes peuvent être de nature très différente, allant de l’Etat « national » (Mazouz 2017) jusqu’à la « famille » (dans ses différentes définitions y compris les plus « clientélaires ») et jusqu’aux différentes communautés fondées sur des critères linguistiques, géographiques et/ou ethniques, voire même professionnels ou religieux (dans la mesure où ces derniers ont été imposés et non pas choisis : organisations corporatistes obligatoires, groupes religieux à appartenance imposée…). Ici encore, il s’agira de se demander s’il existe des formes spécifiques d’expression de la loyauté dans ces groupes dont on ne peut théoriquement pas faire défection. A partir de la distinction classique de Wright entre dissenters, assenters et consenters (Wright 1976, Dobry 1986) il s’agira donc de déterminer les profils et les motivations des consenters, ces individus qui choisissent d’exprimer publiquement leur loyauté et leur adhésion (plutôt que d’obéir en silence, ou de protester), notamment dans les moments de « crise » et de mise à l’épreuve[10].

Une place particulière pourra être réservée ici aux dispositifs censés (dé)montrer et attester, y compris en situation de crise, la persistance de la loyauté politique, notamment le vote (élection et référendums), ou les divers dispositifs participatifs ou délibératifs développés plus récemment pour susciter le consensus et l’adhésion à des politiques publiques, mais aussi d’autres types d’attestations de légitimité plus traditionnelles, du serment de l’hoplite athénien et de la fides romaine (Holeindre 2017) au « salut au drapeau » moderne (Billig 1995), des acclamations antiques aux « bains de foule » contemporains (Mariot 2006, 2007) et à tous les types de rassemblements plus ou moins convoqués.

 

3. Organisation des activités et calendrier

L’objectif central de ce groupe de projet est de contribuer pendant deux ans à animer la discipline autour d’un questionnement commun, dans un esprit d’échange et de dialogue entre les différentes approches et les différentes sous-disciplines de la science politique. Pour ce faire, le groupe est pensé comme un réseau, ouvert au maximum et capable de rassembler dans toutes les composantes de la discipline, comme en témoigne la liste des participants ayant déjà accepté de faire partie du FoLo à ce jour.

Etant données la taille du groupe et la diversité géographique des appartenances institutionnelles, le groupe devra donc se doter d’outils adaptés au travail collectif, permettant la présence physique et « virtuelle » aux réunions (grâce à des outils numériques appropriés), en alternant séances thématiques resserrées et grandes rencontres générales, en variant les localisations de ces séances et en s’appuyant sur les partenariats institutionnels d’ores et déjà envisagés afin de faciliter l’organisation logistique de nos travaux.

Le groupe sera pour cela organisé autour :

  • d’un site internet de type « carnet de recherches Hypothèses » ;
  • d’un séminaire « itinérant » (6 séances par an), construit autour de deux cycles de séances, portant sur chacun des deux axes de travail (voir ci-dessous) ;
  • de deux journées d’études intermédiaires fondées sur le travail réalisé en séminaire ;
  • d’une section thématique de bilan général lors du Congrès 2019 de l’AFSP.

Il débouchera à terme sur la publication de trois dossiers de revue.

 

Un site internet et des outils numériques de travail

En cas de sélection, le groupe de projet créera dès l’été 2017 un site internet de type « carnet de recherches » sur la plateforme Hypothèses (sur le modèle du site créé par exemple pour l’actuel groupe HiSoPo), qui permettra de présenter le projet, les membres du groupe, les activités et l’agenda, en lien constant avec le site officiel de l’AFSP.

Ce site permettra également d’archiver les captations vidéo / audio des séances du séminaire et des journées d’études intermédiaires, qui seront consultables en permanence à la fois par les membres du groupe et le public extérieur.

Il sera par ailleurs lié à un « wiki » et à un forum internes, qui permettront aux membres de consulter et de travailler sur les documents collectifs du groupe, ainsi que  de pouvoir communiquer à distance en permanence.

Une page facebook et un compte twitter seront créés pour servir à la fois d’outils de liaison interne et d’outils de communication externe des activités du FoLo.

 

Un séminaire « itinérant » en deux cycles

Le séminaire mensuel constituera le cœur des activités du groupe de projet. Il sera construit collectivement autour de deux cycles de séances, consacrés chacun à l’un des axes de travail définis dans l’argumentaire scientifique (cycle 1 : « organisations volontaires » / cycle 2 : « groupes communautaires »). Le premier cycle sera précédé d’une séance de lancement et d’une séance d’introduction du séminaire, qui sera consacrée à un bilan bibliographique initial, centré notamment sur les travaux de Max Weber et leurs usages pour penser la loyauté politique depuis un siècle.

Chaque cycle sera ensuite composé d’au moins quatre séances thématiques (voir « calendrier ») qui seront définies en fonction des intérêts et travaux en cours des membres. Pour cela, un questionnaire et un appel à organisateurs sera envoyé en interne durant l’été, afin de construire le plan de travail pour chaque année de séminaire (voir « calendrier »).

Les thèmes des séances pourront porter par exemple soit sur un type d’organisation particulier ou un domaine dans lequel la loyauté sera étudié sous diverses formes (la loyauté dans les partis politiques, dans les administrations publiques nationales et/ ou multinationales, dans la mise en œuvre des politiques publiques, dans les relations internationales), soit sur des formes particulières d’attestation de loyauté (par exemple le contrat ou le traité, les rituels d’allégeance comme le serment, des formes d’expressions du consensus et du consentement…), soit sur des approches théoriques et/ou méthodologiques précises (loyauté et croyances, les loyautés par intérêt, la socialisation à la fidélité, « ethnologie politique » de la loyauté, l’analyse de discours et l’expression de la loyauté…).

Chaque séance sera organisée idéalement autour de la présentation et de la discussion de deux contributions, en essayant de combiner le plus possible les présentations de titulaires et de doctorants / post-doctorants. Les séances seront préparées par l’envoi préalable de 2 ou 3 articles de référence qui ont servi de fondement théorique ou méthodologique pour l’étude de la « loyauté » dans chaque communication, afin de fournir une base de discussion collective.

Chaque séance fera l’objet d’un compte-rendu analytique, pris en charge par le comité de coordination, qui permettra de synthétiser les discussions et les difficultés abordées en lien avec la question de la production des loyautés politiques.

 

Un séminaire « mobile » : itinérant, numérique et interactif

Le séminaire est conçu comme un séminaire « nomade » et « itinérant », c’est-à-dire que les séances se tiendront dans les différentes universités et institutions des membres du groupe qui se porteront volontaires pour organiser une séance, ce qui permettra de toucher un nombre important d’universités et de laboratoires de science politique partout en France (et dans les universités européennes des membres du FoLo).

Pour faciliter la participation à distance du plus grand nombre possible de membres, chaque séance du séminaire sera non seulement enregistrée (captation audio et vidéo), mais également rendue numériquement interactive grâce à un outil de visioconférence de type Framatalk, voire un logiciel de « webinar » de type « Zoom » (https://zoom.us). L’avantage du logiciel Zoom est de permettre la connexion simultanée de nombreux participants (jusqu’à 50 participants simultanés pour l’abonnement à 15$/mois) et de leur permettre d’interagir très facilement avec la réunion « présentielle » du séminaire, comme le comité de coordination a pu le constater lors d’expériences précédentes de séminaire à distance.

 

Deux journées d’études intermédiaires et une section thématique (congrès AFSP)

Les séances du séminaire permettront d’aborder une grande variété de domaines, de cas, d’approches et de méthodes différentes. Les discussions collectives seront synthétisées dans les comptes-rendus analytiques, qui seront eux-mêmes mis à disposition et retravaillés collectivement sur le « wiki » du site internet du FoLo.

Ce travail suivi à partir des séances thématiques permettra de faire émerger au fur et à mesure des questionnements nouveaux et des difficultés précises sur la notion de « loyauté », et mettront en évidence les points qui « résistent » encore à l’analyse. Ce sont ces points et ces difficultés qui serviront de base à la construction des deux journées d’études intermédiaires, qui viendront clôturer chacun des cycles du séminaire (voir calendrier).

La première journée portera donc sur la question des formes de loyauté dans les « organisations volontaires » et aura lieu au mois de juin 2018. La deuxième journée d’études portera sur les formes de loyauté dans les « groupes communautaires » et aura lieu en avril 2019.

Pour conclure les travaux du groupe, une section thématique sera organisée durant le congrès 2019 de l’AFSP, qui permettra de faire un bilan général et sera centrée sur la tentative de parvenir collectivement à une typologie renouvelée des formes de la loyauté et de la légitimité, à partir d’une relecture de Weber à la lumière des deux ans de travaux du FoLo.

 

Trois dossiers de revue

Le groupe s’attachera à publier des synthèses de ses activités, sous la forme de trois dossiers de revue répartis sur la durée du groupe, et au-delà.

Chacun des deux cycles du groupe débouchera ainsi sur un dossier de revue, et la section thématique du Congrès 2019 débouchera sur un dossier-bilan, qui paraîtra dans l’année suivant la fin du groupe de projet (2020) :

  • cycle 1 : « organisations volontaires » (séminaire + journée d’étude 1) : dossier proposé par exemple à Tracés ou Politix ;
  • cycle 2 : « groupes communautaires » (séminaire + journée d’étude 1) : dossier proposé par exemple à Gouvernement et action publique ou Cultures & Conflits ;
  • ST AFSP 2019 : dossier proposé par exemple à la RFSP et/ou à la revue Max Weber Studies (possibilité de scinder en deux la publication issue de la ST)

 

 

Plan de travail et calendrier

 

Préparations

  • 10-12 juillet 2017 (Congrès AFSP à Montpellier) : première rencontre informelle conviviale des membres du groupe présents au Congrès.
  • Eté 2017 : envoi d’un appel à participer au groupe, ainsi que d’un questionnaire interne ayant un double objectif :
    • interroger les membres du groupe sur la définition qu’ils utilisent de la loyauté dans leurs travaux, les difficultés qu’elle pose, l’approche adoptée principalement et les thématiques que chaque membre souhaiterait voir abordées par le groupe durant les deux ans d’activité ;
    • servir d’appel à volontaires pour l’organisation des séances du séminaire (cycle 1) et l’accueil de la séance dans l’institution des membres volontaires.

 

Introductions

  • Octobre 2017 : séance de lancement du FoLo :
    • présentation par le comité de coordination d’un rapport de synthèse des réponses au questionnaire et proposition d’un calendrier d’activités à adopter par le groupe.
    • Présentation (et utilisation) du logiciel de « webinar » Zoom qui permettra la participation y compris des membres qui ne pourront pas être présents physiquement.
  • Novembre 2017 : séance d’introduction théorique (comité de coordination + invités), consacrée à un bilan bibliographique sur la question de la loyauté, centré notamment sur les travaux de Max Weber et leurs usages pour penser la loyauté politique depuis un siècle.

 

Cycle 1

  • Décembre 2017 – mars 2018 : cycle 1 du séminaire, centré sur l’axe 1 : « organisations volontaires ».
    • 4 séances thématiques (décembre, janvier, février, mars).
    • Organisées dans les universités des membres du groupe volontaires pour chaque séance (avec participation à distance assurée grâce à l’outil Zoom).
  • Juin 2018 : Journée d’études 1 : centrée sur les difficultés et « points de résistance » théorique mis en lumière par le séminaire. Organisée en partenariat avec l’un de nos partenaires institutionnels (GIS « Démo et participation », ERC Qualidem ou CRAPUL de Lausanne).

 

Cycle 2

  • Octobre 2018 – janvier 2019 : cycle 2 du séminaire, centré sur l’axe 2 « groupes communautaires ».
    • 4 séances thématiques (octobre, novembre, décembre, janvier).
    • Organisées dans les universités des membres du groupe volontaires pour chaque séance (avec participation à distance assurée grâce à l’outil Zoom)
  • Mars 2019 : Journée d’études 2 : centrée sur les difficultés et « points de résistance » théorique mis en lumière par le séminaire. Organisée en partenariat avec l’un de nos partenaires institutionnels (GIS « Démo et participation », ERC Qualidem ou CRAPUL de Lausanne).

 

Conclusions

  • Avril/mai 2019 : 2 séances de bilan et de conclusion transversales.
  • Eté 2019 : Section thématique au Congrès de l’AFSP : Bilan général et tentative de parvenir collectivement à une typologie renouvelée des formes de la loyauté et de la légitimité, à partir d’une relecture de Weber et à la lumière des travaux du FoLo.

 

Prolongation possible du groupe : proposition commune de panel à la conférence générale annuelle de l’ECPR de 2020, en partenariat avec l’équipe de la Max Weber-Gesamtausgabe et le Young Weber Scholars Network, à l’occasion du centenaire de la mort de Max Weber (2020).

 

Résumé du calendrier

Eté 2017 Préparations : envoi du questionnaire interne + appel à volontaires pour l’organisation des séances du séminaire
Automne 2017

(octobre-novembre)

Introductions : séance de lancement + séance d’introduction générale
Hiver 2017-18

(décembre-mars)

Cycle 1 du séminaire (4 séances thématiques mensuelles)
Juin 2018 Journée d’études 1
Automne-Hiver 2018-19

(octobre-janvier)

Cycle 2 du séminaire (4 séances thématiques mensuelles)
Mars 2019 Journée d’études 2
Printemps 2019

(avril-mai)

Conclusions (2 séances de conclusions transversales)
Eté 2019 Section thématique au congrès de l’AFSP